Logo Ville de Cluny

GUIDE
« VOS DROITS ET DÉMARCHES »
POUR LES PARTICULIERS

Accueil particuliers / Logement / Diagnostic immobilier / Diagnostic immobilier : état des risques et pollutions

Diagnostic immobilier : état des risques et pollutions

En cas de location

Le futur locataire doit être informé par le propriétaire (bailleur) des risques et pollutions auxquels le logement est exposé (naturels, miniers, technologiques, sismiques, radon…​). Pour ce faire, un diagnostic «état des risques et pollutions» doit être joint au bail.

Communes concernées

Le propriétaire a l’obligation de fournir un état des risques et pollutions si son bien est situé dans l’un des secteurs suivants :

  • Zone exposée aux risques délimitée par un plan de prévention des risques naturels prévisibles approuvé ou des risques miniers résiduels approuvé par le préfet

  • Zones de sismicité de niveau 2, 3, 4 ou 5 (le plus élevé)

  • Zones à potentiel radon (gaz radioactif) de niveau 3 (le plus élevé)

  • Périmètre d’exposition aux risques délimité par un plan de prévention des risques technologiques approuvé par le préfet

  • Périmètre mis à l’étude dans le cadre de l’élaboration d’un plan de prévention des risques technologiques ou d’un plan de prévention des risques naturels prévisibles prescrit par le préfet

La liste des communes concernées est fixée par des arrêtés préfectoraux.

Ces arrêtés comportent, entre autres, la liste des documents auxquels le propriétaire peut se référer pour remplir son état des risques et pollutions.

Les arrêtés peuvent être consultés en mairie ou en préfecture (ou sur leur site internet : recherchez «IAL» ou «information acquéreur locataire» ).

Cas général

À Paris

Biens concernés

Le diagnostic doit être réalisé en cas de mise en location de toute construction, terrain, parcelle ou ensemble de parcelles appartenant à un même propriétaire ou à une même indivision .

Qui doit réaliser le diagnostic ?

L’état des risques et pollutions doit être rempli directement par le propriétaire par le biais d’un formulaire en fonction des informations contenues dans l’arrêté préfectoral.

Le propriétaire peut remplir ce formulaire avec l’aide d’un service en ligne.

Ce document doit être annexé au bail.

Il doit être daté et signé par le locataire.

Le propriétaire doit en conserver une copie pour être en mesure de prouver qu’il a bien été remis au locataire.

Si le bien a subi un sinistre ayant donné lieu au versement d’une indemnité pour catastrophe naturelle ou technologique, le propriétaire doit le mentionner dans le bail.

Durée de validité

L’état des risques et pollutions qui doit être joint au bail doit avoir moins de 6 mois. Sinon, il doit être refait.

Sanctions

La responsabilité du propriétaire peut être engagée s’il ne transmet pas volontairement le diagnostic ou s’il mentionne de fausses informations dans l’annonce de location pour induire le futur locataire en erreur.

Le locataire peut saisir le tribunal pour demander l’annulation du bail ou une réduction du prix du loyer.

La DGCCRF peut infliger au bailleur une amende de 300 000 € et une peine de 2 ans de prison.

En cas de vente

Le futur acheteur doit être informé par le vendeur des risques et pollutions auxquels le logement est exposé (naturels, miniers, technologiques, sismiques, radon…​). Pour ce faire, un diagnostic «état des risques et pollutions» doit être joint à la promesse de vente ou à l’acte de vente.

Communes concernées

Le vendeur a l’obligation de fournir un état des risques et pollutions si son bien est situé dans l’un des secteurs suivants :

  • Zone exposée aux risques délimitée par un plan de prévention des risques naturels prévisibles approuvé ou des risques miniers résiduels approuvé par le préfet

  • Zone de sismicité de niveau 2, 3, 4 ou 5 (le plus élevé)

  • Zone à potentiel radon (gaz radioactif) de niveau 3 (le plus élevé)

  • Périmètre d’exposition aux risques délimité par un plan de prévention des risques technologiques approuvé par le préfet

  • Périmètre mis à l’étude dans le cadre de l’élaboration d’un plan de prévention des risques technologiques ou d’un plan de prévention des risques naturels prévisibles prescrit par le préfet

Ces informations peuvent être obtenues en consultant un site dédié .

La liste des communes concernées est également fixée par des arrêtés préfectoraux.

Ces arrêtés comportent, entre autres, la liste des documents auxquels le propriétaire peut se référer pour remplir son état des risques et pollutions.

Les arrêtés peuvent être consultés en mairie ou en préfecture (ou sur leur site internet : recherchez «IAL» ou «information acquéreur locataire» ).

Cas général

À Paris

Biens concernés

Le diagnostic doit être réalisé en cas de vente de toute construction, terrain, parcelle ou ensemble de parcelles appartenant à un même propriétaire ou à une même indivision .

Qui doit faire ce diagnostic ?

L’état des risques et pollutions doit être rempli directement par le vendeur par le biais d’un formulaire en fonction des informations contenues dans l’arrêté préfectoral.

Le vendeur peut remplir ce formulaire avec l’aide d’un service en ligne.

Ce document doit être annexé à la promesse de vente ou à l’acte de vente.

Il doit être daté et signé par l’acheteur.

Le vendeur doit en conserver une copie pour être en mesure de prouver qu’il a bien été remis à l’acheteur.

Si le bien a subi un sinistre ayant donné lieu au versement d’une indemnité pour catastrophe naturelle ou technologique, le vendeur doit le mentionner dans l’acte de vente.

Durée de validité

L’état des risques et pollutions qui doit être joint à la promesse de vente ou à l’acte de vente doit avoir moins de 6 mois. Sinon, il doit être refait.

Sanctions

Pour le vendeur

Sa responsabilité peut être engagée s’il ne transmet pas volontairement le diagnostic. Elle peut également être engagée s’il mentionne de fausses informations dans l’annonce de vente pour induire le futur acheteur en erreur.

L’acheteur peut saisir le tribunal pour demander l’annulation de la vente ou des dommages-intérêts.

La DGCCRF peut infliger au vendeur une amende de 300 000 € et une peine de 2 ans de prison.

Pour le notaire

Sa responsabilité peut notamment être engagée s’il a validé la vente en l’absence de diagnostic ou en ayant connaissance d’informations mensongères pour induire le futur acheteur en erreur.

L’acheteur peut saisir le tribunal et obtenir des dommages-intérêts.

La DGCCRF peut infliger au notaire une amende de 300 000 € et une peine de 2 ans de prison.

Direction de l’information légale et administrative

25/02/2021

Questions / réponses

Comment faire si

Préparer votre démarche à l’aide de formulaires

A voir aussi :

Définitons

Indivision : Situation dans laquelle deux ou plusieurs personnes sont propriétaires ensemble d’une même chose ou d’un même ensemble de choses (exemples : maison, portefeuille de titres, meubles, bijoux)

Pour en savoir plus

Références